AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enzo Carter
Préfet|Poursuiveur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Lun 19 Juil - 21:39

Ce soir la, le prefet des serpentard n'avait as envie de faire sa ronde, alors il préféra que quelqu'un le délègue. C'était un soir de pleine lune et il savait que les soirs de pleines lune le jeune homme pouvait avoir des sauts d'humeur. Donc pour contrer cela, le jeune homme utilisait la magie des runes ainsi que de l'encens de sang de dragon pour l'apaiser. Le jeune homme arrivait à apaiser son esprit de tel sorte qu'on avait l'impression qu'il était plongé dans un profond coma, dans une profonde léthargie que rien ne pouvait le réveiller a part lui même. Sa grand qui lui avait apprit ces méthode appelait cela le mode d'hibernation furtive.. Une fois sortit de cette léthargie, la formule, "l'esprit sain dans un corps sain" était vérifiée.

A la tombée de la nuit, le jeune homme se faufila en douce en haut de la tour d'astronomie et commença son rituel. Il installa quatre bougies en cercle autour de lui. Des bougies de couleur jaune et orange, signe d'apaisement et de soulagement. Puis un bâton d'encens à la fleur d'orangée devant lui pour couronner le tout. Il resta la une bonne heure à méditer et tous ses soucis se dissipèrent laissant place au calme et à la pureté de son esprit.

Une fois apaisé il rangea toute ses affaire et la chose qu'il aimait par dessus tout aprés sa séance, c'était de jouer du piano. Partout ou il allait il amenait son piano auquel il avait lancé un sort de réduction pour qu'il tienne dans sa poche. Il le sortit, le posa par terre et d'un coup de baguette lui rendit sa taille réelle. De plus il insonorisa les contour de la tour pour ne pas réveiller les autres élèves.

Au loin dans le ciel, les étoiles luisaient et plus grosse que toute la lune lançait ses rayons a travers les alcôves de la tour. Cette astre si luisant, si beau et si pur que pouvait être la lune. Cet astre qui lui apportait paix et gaité deux fois par moi.

Alors le jeune homme s'installa sur un petit fauteuil qu'il avait lui même amené, de la même façon que son piano. Le serpentard se fit craquer les doigts et joua la gamme le plus rapidement possible pour se chauffer les doigts. Il plaqua les accords majeurs, puis mineurs, septièmes et autres. Alors d'un coup d'un seul ses doigt commencèrent à virevolter sur le clavier pour jouer le printemps de Vivaldi. On aurait dit qu'il effleurait à peine les notes ou alors qu'il disposait de 3 doigts de plus par main. Puis il passa par la tocata et fugue en ré mineur de Bach. IL adorait cette musique car elle permettait d'utiliser quasiment tous les doigts et toutes les notes du piano. Cependant cette fugue se jouait mieux sur un orgue.

Si un élève passait par la, il ne pourrait croire qu'un Serpentard puisse jouer du piano. D'habitude eux même trouvaient ca ringard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliana Sullivan

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 27
Date d'inscription : 19/07/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Mêlée
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Lun 19 Juil - 22:40

    Mes yeux parcouraient les nombreuses lignes du livre. L'encre noire, inscrite à jamais dans le papier, se gravait aussi dans mon esprit au fur et à mesure que je lisais. Les mots défilaient devant mes yeux grands ouverts, et je suivais le fil de l'histoire avec une attention folle, dans une quasi transe. J'étais comme transportée. Peu de gens pouvaient affirmer que les livres leur faisaient cette effet. Triste était cette vérité. Si seulement tout le monde pouvait partager ma passion pour ces ouvrages, ces divers bouquins aux couvertures mystérieuses, aux pages claires et à l'odeur si propre aux livres.

    Je finis la page, et relevai la tête. Ainsi se terminait l'histoire...Je soupirai, encore un livre de finit. Et pourtant, mon besoin de lire n'était pas assouvit. J'étais à la bibliothèque depuis plus d'une heure et demi, et Mrs Pince commençait à s'endormir sur sa chaise. Sa tête retombait mollement en arrière et ses lunettes descendaient dangereusement sur son nez crochu. Je souris, et reportai mon attention sur la fenêtre à ma gauche. Il était vrai qu'il se faisait tard, dans le ciel, tout là haut, la sphère argenté de la nuit avait pris sa place sur cette grande toile sombre, parsemait de points lumineux, tels des lucioles. Ronde, entière, la lune trônait dans le ciel couleur d'encre, et baignait dans son halo blanchâtre de lumière.

    Je fermai le livre, et allai le ranger à son emplacement. Peu de gens devaient avoir lu ce bouquin. L'histoire passionnante d'une jeune fille qui découvrait un monde inconnu, différent du sien, où les hommes et les créatures magiques cohabitaient en harmonie, du moins avant le règne d'une reine dénuée de bonté, cruelle et mauvaise. Le jeune fille se mettait à la recherche d'un grimoire magique créé par d'anciens êtres magiques de ce monde. Se déroulait alors une aventure incroyable, avec des personnes différents et pourtant si merveilleux...

    C'était un auteur moldu qui avait écrit ce livre. Une jeune femme avec beaucoup d'imagination. Je ne pouvais que la remercier du moment absolument magnifique qu'elle m'avais fait vivre à travers cet ouvrage...

    Je laissai distraitement courir mon doigt sur les reliures des livres de l'étagère, et je tombai sur un livre intitulé « La Magie des Sorcières ». Je le pris, et en lu le résumé. Cela semblait tout aussi passionnant que le précédent livre. Je souris, mais ma contemplation du bouquin fut interrompu par la voix de Mrs Pince.


    -Miss Sullivan, je crains qu'il ne soit l'heure de la fermeture de la bibliothèque, dit-elle en souriant, dévoilant ses dents abîmées.

    J'acquiesçai, et souris.


    -Bien Mrs Pince, à demain donc, dis-je en prenant mon sac et en sortant, le livre dans mes mains.

    Je sortis de la bibliothèque, et décidai d'aller dans ma salle commune. Je traversai quelques couloirs, descendis jusqu'aux cuisines, et entrai dans ma salle commune non-loin de là. Apparemment, beaucoup de Poufsouffles avaient décidé de rester ici , et pour leur petit nombre je trouvai qu'il faisaient bien de bruit. Beaucoup trop pour que je puisse livre tranquillement en tout cas. Je me dis que dans mon dortoir, ce ne serait pas mieux, et décidai alors de me trouver un coin tranquille pour entamer le bouquin.

    Malgré l'heure tardive, je sortis de ma salle commune et me dirigeai vers un endroit que j'affectionnais beaucoup. La tour d'astronomie. En raison de son utilité, c'était l'endroit rêvé pour observer les étoiles, et j'aimais les regarder en lisant. Je me dirigeai donc vers le lieu en question, et une fois arrivée devant la porte, je l'ouvris doucement. Un petit grincement se fit entendre, mais je ne m'en préoccupai pas. A peine eus-je mis un pied dehors, qu'une brise légère vint balayer les cheveux blonds qui se trouvaient sur mes épaules fines.

    C'est là que je le vis, assis dans un fauteuil sortit de je ne sais où, jouant du piano avec un talent reconnaissable. Bach. Que j'aimais entendre ce morceau...


    -Oh, navré, je..je ne voulais pas te déranger, dis-je aussitôt. Je venais lire au calme, apparemment je ne suis pas là seule à rechercher la solitude, ajoutai-je en souriant faiblement, gênée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo Carter
Préfet|Poursuiveur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Lun 19 Juil - 23:28

Ses doigts naviguaient sur le clavier comme s'ils étaient guidé par quelqu'un ou quelque chose.Le jeune homme semblait vivre la mélodie. Cette mélodie était une des première voir la première qu'il avait apprit. En fait c'était la première, seul quand son père n'était pas la, le jeune Enzo utilisait le piano de son père.

Par le passé son père était un virtuose du piano. Il faisait des concert devant des milliers de personne, mais un médecins de sainte mangouste lui diagnostiqua une arthrose importante au niveau des doigt qui le condamnait à arrêter sa passion. Déçu, anéantis, le père interdit à son fils de toucher au piano qui l'avait rendu célèbre. Il ne voulait pas que son fils subisse les même traumatisme que lui.

En jouant Enzo repensa à la fois il jouait du piano en cachette alors que son père n'était pas la. Sauf qu'un soir il rentra plus tôt que prévu. Il l'entendit jouer du piano. Le père grimpa quatre a quatre les marche menant à la salle de musique et y trouva son fils. Trés trés en colère, il l'attrapa par le col et le tira hors de la pièce en lui disant qu'il ne pensait pas au mal qu'il se faisait en touchant à ses notes. Pour le punir et lui montrer ce qu'il endurait il lui coinça une main dans la porte et la referma. Tous les os de sa main gauche furent brisés. Puis il vendit le piano...Depuis ce jour Enzo ne toucha plus a un instrument a corde frappé pendant plus de deux ans. Un jour, il rencontra son voisin, un homme de 78 ans qui avait entendut le jeune homme jouer. Il l'invita et le laissa venir jouer quand il voulait pour distraire le vieil homme.

Soudain une porte s'ouvrit derrière lui et une voix s'éleva.


-Oh, navré, je..je ne voulais pas te déranger. Je venais lire au calme, apparemment je ne suis pas là seule à rechercher la solitude.


Alors le serpentard se leva, referma le clapet du piano et fit disparaître l'instrument et le siège qu'il rangea dans sa poche. Il se retourna et fit face à une jeune fille assez jolie. Elle était de taille moyenne, mince,. Elle avait de grands yeux bleus et de beau cheveux blonds.

-Tu n'as rien entendus, et tu n'as rien vus, que ce soit bien clair...

Le jeune homme n'avait pas voulut adopter un ton si froid. Mais malgré cela c'est ce qu'il fit. Il ne voulait pas effrayer la jeune fille, alors pour ne pas lui faire encore plus peur, il se dirigea vers la balustrade, s'y accouda et regarda les milliers d'étoiles qui s'offraient a lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliana Sullivan

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 27
Date d'inscription : 19/07/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Mêlée
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Mar 20 Juil - 14:57

    Le jeune homme, qui s'avérait être un serpentard, se leva rapidement et referma son piano avant de le faire disparaître. Il fit de même pour son fauteuil.

    -Tu n'as rien entendus, et tu n'as rien vus, que ce soit bien clair... , dit-il alors avec froideur.

    J'en fus quelque peu étonnée, mais ne m'en formalisai pas. Les serpentards étaient souvent très froids envers les autres élèves, et j'avais appris avec le temps à ne plus y faire attention. Il semblait évident, pour moi du moins, que ce garçon n'était pas bien méchant malgré les apparences. Quelqu'un capable de jouer ainsi ne pouvait pas être mauvais...

    Il s'était mis à regarder les étoiles, la haut dans le ciel sombre, et celles-ci brillaient comme des lucioles...des petites boules de feu dans la galaxie...

    Le jeune homme s'accouda à la balustrade, le regard fixait sur le ciel.

    Je m'approchai doucement, un peu gênée de l'avoir interrompu.


    -Je ne dirais rien, le rassurai-je en adoptant un ton doux. Que pourrai-je dire d'ailleurs ? Que j'ai vu et entendu un jeune homme talentueux qui jouait du piano avec merveille ? C'est cela que tu as peur que les autres apprennent ?poursuivis-je.

    Je lui jetai un petit regard, il semblait concentré sur les étoiles qui scintillaient sous ses yeux. Je m'accoudai moi aussi à la balustrade, et en profitai pour laisser tomber mon sac par terre. Je le laissai glisser silencieusement, et il retomba sur le sol.

    Peu importait la froideur du jeune homme, j'étais persuadée qu'il était sympathique en réalité. Comme tout le monde après tout. Nous avions tous du bon en nous, il devait en avoir aussi. Plus que certains peut être même.


    -Je m'appelle Juliana Sullivan, dis-je pour combler le petit moment de silence. Je ne t'avais jamais vu avant, enfin il faut dire que je ne connais pas beaucoup de monde, enfin pas énormément, j'en connais pas mal, une bonne poignée mais pas de quoi s'en vanter, je ne suis pas tout le temps entourée de nombreux amis, enfin j'ai des amis, mais pas une centaine non plus, tout ça pour dire que je t'avais jamais vu, ...mais ça veut pas dire que tu n'es pas remarquable, non c'est pas comme si tu étais invisible, et que tu faisais tapisserie, je suis de nature distraite et puis on ne peux pas connaître tout le monde, je n'ai surement pas assez fait attention pour te remarquer, mais tout le monde devrait l'être j'ai toujours détesté ignorer les gens, ce doit être horrible d'être constamment dans l'ombre et...

    Je me stoppai soudain. Voilà la démonstration de ce qui pouvait arriver quand j'étais gênée, quelque peu stressée par moment de silence, tout à coup mon esprit semblait vouloir le combler avec des paroles sans importance le silence. C'était une vraie malédiction. A chaque fois que j'essayai de mentir, ou que j'étais mal à l'aise, ma bouche ne pouvait plus s'arrêter et je me mettait à débiter avec une vitesse folle des mots qui n'ont rien à voir avec la situation, ou la conversation. Des bêtises, je me mettais à dire des bêtises, et des phrases sans queue ni sens...

    Je grimaçai et me mordis la lèvre.


    -Navré, je me met à parler sans m'arrêter quelque fois, n'y fait pas attention, dis-je avec un air contrit. C'est une vraie horreur, à chaque fois que je suis gênée je me met à débiter toutes ses paroles qui n'intéresse personne et je passe pour une fille stupide. Tu vois là je commence à parler, parler, et parler encore, et encore....continuai-je, puis je repris mon souffle et me tu, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo Carter
Préfet|Poursuiveur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Mar 20 Juil - 21:04

En fait si Enzo était venu la c'était uniquement dans un but bien précis. Rechercher et trouver le calme absolu qui lui permettrait de s'évader mentalement. Ici il venait pour apaiser son esprit brouillé par les mauvaises pensées. Les pensées de mort, de tristesse, de malheur et bien encore.
La jeune fille été entrée et venait troubler sa paisibilité. Si elle osait répéter a quiconque ce qu'elle avait vu, il se ferait un plaisir de lui faire passer un mauvais quart d'heure, un très mauvais quart d'heure digne d'un serpentard.
Comme pour s'excuser la jeune fille balbutia quelque chose qu'Enzo n'écouta qu'à moitie.


-Je ne dirais rien. Que pourrai-je dire d'ailleurs ? Que j'ai vu et
entendu un jeune homme talentueux qui jouait du piano avec merveille ?
C'est cela que tu as peur que les autres apprennent ?


Elle posait beaucoup de question et Enzo prit la peine de lui répondre.

-Les autres Serpentard ne savent pas reconnaître les petits bonheur de la vie tel que la musique classique. La beauté d'un instrument ou encore le calme. Pour eux ils n'y a que sang pur, duel et déconnade... Si il apprenaient qu'un pauvre malheureux jouait du piano, je deviendrais la risée de ma maison. C'est pour ca que je veux que tu oublis ce que tu viens de voir....Après un bref silence le jeune homme ma regarda et murmura...Et désolé de t'avoir parlé comme ca, c'était sous l'effet de surprise....


Puis le vert et argent replongea son regard dans la nuit étoilée. L'astre divin comme l'appelait sa famille brillait de milles feux. De la tour, on aurait presque put se croire en plein jour tant les rayons du satellite grisâtre dardait le paysage... Il parvînt a reconnaître, la constellation du bélier, du scorpion ou encore Pégasus...Voici une nouvelle fois les choses que lui avait montré sa grand mère.
Il avait presque oublié la présence de Juliana qui apparemment troublé se mit à débiter un flot de parole a une telle vitesse que cela effraya presque le jeune homme.


-Je m'appelle Juliana Sulliva.Je ne t'avais jamais vu avant,
enfin il faut dire que je ne connais pas beaucoup de monde, enfin pas
énormément, j'en connais pas mal, une bonne poignée mais pas de quoi
s'en vanter, je ne suis pas tout le temps entourée de nombreux amis,
enfin j'ai des amis, mais pas une centaine non plus, tout ça pour dire
que je t'avais jamais vu, ...mais ça veut pas dire que tu n'es pas
remarquable, non c'est pas comme si tu étais invisible, et que tu
faisais tapisserie, je suis de nature distraite et puis on ne peux pas
connaître tout le monde, je n'ai surement pas assez fait attention pour
te remarquer, mais tout le monde devrait l'être j'ai toujours détesté
ignorer les gens, ce doit être horrible d'être constamment dans l'ombre
et...


-Eh...EH!

Puis le flot de parole reprit de plus belle.

-Navré, je me met à parler sans m'arrêter quelque fois, n'y fait
pas attention
.C'est
une vraie horreur, à chaque fois que je suis gênée je me met à débiter
toutes ses paroles qui n'intéresse personne et je passe pour une fille
stupide. Tu vois là je commence à parler, parler, et parler encore, et
encore....


Le verte et argent éclata de rire devant l'air gêné de la jeune pouffsoufle qui venait de débiter un flot inimaginable de parole dans un laps de temps ultra court. C'était lui qui faisait cet effet ou alors elle était comme ca de nature?

-Et bien...Enchanté Juliana de pouffsoufle. Moi je m'appelle Enzo Carter, sixième année et prefet de Serpentard.

Le jeune homme s'inclina légèrement. C'était l'éducation que lui avait inculqué ses parents. La révérence devant les femmes était de mise lorsque la famille Carter était invité sinon au retour il pouvait s'attendre a recevoir une sentence qui dépasse l'entendement.

Tu viens souvent ici? Et vu l'heure ne devrais tu pas être dans ta salle commune?

Le jeune vert et argent avait dit ca pour plaisanter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliana Sullivan

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 27
Date d'inscription : 19/07/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Mêlée
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Mer 21 Juil - 13:01

-Les autres Serpentard ne savent pas reconnaître les petits bonheur de la vie tel que la musique classique. La beauté d'un instrument ou encore le calme. Pour eux ils n'y a que sang pur, duel et déconnade... Si il apprenaient qu'un pauvre malheureux jouait du piano, je deviendrais la risée de ma maison. C'est pour ça que je veux que tu oublis ce que tu viens de voir.......Et désolé de t'avoir parlé comme ça, c'était sous l'effet de surprise.... ajouta-t-il en murmurant.

Je lui souris largement.


-Je comprend que tu ne veuilles pas que les autres élèves de ta maison le sachent, mais...je ne peux que me dire que c'est dommage que personne, enfin à part moi maintenant, ne puisse savoir que tu as un tel talent, dis-je doucement. Du coup, ça fait de toi un serpentard à part entière ! ajoutai-je d'un ton enjoué. Tu n'as pas l'air cruel, ou je ne sais trop quoi, comme la plupart, enfin je ne sais pas trop peut-être que tu l'es, ou en tout cas je n'ai pas remarqué, ce que je veux dire c'est que je ne te connais pas assez pour savoir si tu es comme la plupart des verts et argents qui se plaisent à être méchants...heu...je crois que je devrais me taire là, finis-je par dire en me mordant les lèvres.

Je lui fis un petit sourire d'excuse.

Je pestai intérieurement. Stupide manière de parler sans s'arrêter ! Juliana, contrôle-toi ! Il va finir par te fuir sinon. Le pauvre, il doit me prendre pour une dégénérée, ou une imbécile de pipelette. Je soupirai, et reportai mon attention sur les étoiles.

Puis, je me présentai et comme de coutume quand j'étais gênée, un flot de mots sortaient de ma bouche à une vitesse folle.


-Eh...EH ! Fit-il pour m'arrêter.


Je m'excusai alors, mais cela n'arrangea en rien les choses et je ne pu empêcher un nouveau flot de paroles de déferler de ma grande bouche qui ne voulait se fermer apparemment. Finalement, je me tu, l'air terriblement gênée.

A ma grande surprise, le serpentard éclata de rire. Soulagée, je me détendis quelque peu.


-Et bien...Enchanté Juliana de pouffsoufle. Moi je m'appelle Enzo Carter, sixième année et préfet de Serpentard, se présenta-t-il en s'inclinant légèrement.

Il devait être d'une très bonne famille, car ses manières témoignaient de son éducation parfaite.

Je souris.


-Enchanté Enzo, préfet de serpentard, et talentueux pianiste, fis-je. D'ailleurs j'aurais du mieux me présenter que cela, ce qui donnerait en somme : Juliana Sullivan, cinquième année à Poufsouffle, et pipelette professionnelle, dis-je en plaisantant.

La conversation dévia alors vers un autre sujet...


-Tu viens souvent ici? Et vu l'heure ne devrais tu pas être dans ta salle commune? Dit-il.

Au ton qu'il avait employé, je su qu'il plaisantait. Il était apparemment très sympathique, peut-être pas au premier abord, mais il semblait plutôt gentil...


-Oh, j'étais venue me mettre au calme pour lire, la bibliothèque à fermée et il y a trop de bruit dans ma salle commune et dans les dortoirs, et puis...j'aime bien cet endroit, c'est le seul où on peux voir aussi bien le ciel. La nuit est magnifique vu d'ici. Quant à l'heure tardive, continuai-je en souriant. Pitié ! Ne me dénonce pas ! plaisantai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo Carter
Préfet|Poursuiveur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Mer 21 Juil - 21:18

-Je comprend que tu ne veuilles pas que les autres élèves de ta
maison le sachent, mais...je ne peux que me dire que c'est dommage que
personne, enfin à part moi maintenant, ne puisse savoir que tu as un tel
talent
. Du coup, ça fait de
toi un serpentard à part entière ! . Tu n'as
pas l'air cruel, ou je ne sais trop quoi, comme la plupart, enfin je ne
sais pas trop peut-être que tu l'es, ou en tout cas je n'ai pas
remarqué, ce que je veux dire c'est que je ne te connais pas assez pour
savoir si tu es comme la plupart des verts et argents qui se plaisent à
être méchants...heu...je crois que je devrais me taire là.

Enzo rit de nouveau lorsque la jeune fille recommença a parler a vive allure. Puis il haussa les épaules lorsqu'elle dit qu'il était un serpentard a part entière. C'est a dire qu'il n'était pas aussi malsain que les autres.

-Merci du compliment mais je ne pense pas être a part entière. je pense que je suis juste différent.

Puis Juliana lui fit un petit sourire qui se voulait être une excuse. Le vert et argent lui rendit un sourire franc. Il n'avait pas l'habitude d'être aussi aisé avec les fille. D'habitude, il aurait déjà balbutié plus de trois fois mais la rien. Peut être que sa première parole donnant le ton ml'avait mit en confiance.

Les deux jeune se présentèrent alors mutuellement. Chose habituelle lorsque deux élèves se rencontraient pour la première fois. Cependant Enzo n'avait jamais parlé à des Pouffsoufle. Ses camarades de maison lui disait qu'ils ne servaient a rien, qu'ils n'avaient aucun talents dans lesquels ils pourraient dominer à Poudlard. Cependant Enzo voulait se forger sa propre opinion. Pour lui les croyances entre maisons n'étaient là que pour mettre de l'ambiance dans le château. Individuellement, les élèves étaient des élèves comme les autres.

-Enchanté Enzo, préfet de serpentard, et talentueux pianiste. D'ailleurs j'aurais du mieux me présenter que
cela, ce qui donnerait en somme : Juliana Sullivan, cinquième année à
Poufsouffle, et pipelette professionnelle.
Enzo rit de nouveau lorsque celle ci fit la remarque contre elle même.

-Chacun sa manière de se présenter, je pense qu'il vaut mieux poser les choses directement...


Puis le jeune prefet lui demanda alors si elle venait souvent ici et pourquoi était-elle la sous les ton de l'ironie.


-Oh, j'étais venue me mettre au calme pour lire, la bibliothèque
à fermée et il y a trop de bruit dans ma salle commune et dans les
dortoirs, et puis...j'aime bien cet endroit, c'est le seul où on peux
voir aussi bien le ciel. La nuit est magnifique vu d'ici. Quant à
l'heure tardive
. Pitié
! Ne me dénonce pas !


-Oui je comprend, c'est vrai que cet endroit est vraiment apaisant. On peut s'y relaxer tranquillement. Et puis non ne t'inquiète pas je ne te dénoncerais pas ou du moins pas ce soir, dit il avec un petit sourire en coin farceur. Je ne devrais même pas être la ce soir. Je ne suis pas de garde ce soir donc tout comme toi je devrais être dans mon dortoirs mais les profs ne s'occupent guère de qui doit patrouiller dans les couloirs. Nous gérons ca entre nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliana Sullivan

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 27
Date d'inscription : 19/07/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Mêlée
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Lun 26 Juil - 18:26

    Apparemment mon don pour débiter un flot de paroles à une vitesse incroyable amusait le serpentard. Je n'étais guère habituée à ce que cela fasse rire, la plupart des gens trouvait cela très énervant. En cela le serpentard me surprenait, sa réaction n'était pas commune, et j'avais fait connaissance avec assez d'élèves pour savoir que généralement ma manière de parler faisait fuir.

    Je lui souris largement, un peu plus à l'aise.


    -Merci du compliment mais je ne pense pas être a part entière. je pense que je suis juste différent, répondit-il à ma remarque.

    J'acquiesçai, et mes lèvres s'étirèrent en un petit sourire.

    -Différent oui, soufflai-je un peu distraite par les étoiles qui scintillaient dans le ciel.

    Petite, mon père me racontait souvent que ma mère était l'une d'entre elles, que tout là haut elle brillait et qu'elle veillait sur nous. Je l'ai cru pendant un temps, mais peu à peu en grandissant je compris que ce n'était qu'un moyen de me rendre moins triste, et lui aussi...

    Avec politesse, et digne d'un fils de très bonne famille qui avait reçut une éducation parfaite, il se présenta, s'inclinant légèrement. Je me présentai également, n'oubliant pas de préciser mon statut de pipelette professionnelle, et cela le fit rire. Je fis aussi, apparemment c'était communicatif.


    -Chacun sa manière de se présenter, je pense qu'il vaut mieux poser les choses directement... dit-il.

    -Oui, maintenant au moins tu es avertit ! Je suis une vraie machine à mots !plaisantai-je.

    Il me demanda par la suite pour quelle raison j'étais venue ici, et si je venait souvent ici. Je lui répondis que pour lire j'avais besoin de calme, et que cet endroit était parfait pour cela, et pour regarder les étoiles.


    -Oui je comprend, c'est vrai que cet endroit est vraiment apaisant. On peut s'y relaxer tranquillement. Et puis non ne t'inquiète pas je ne te dénoncerais pas ou du moins pas ce soir, fit-il avec un sourire farceur. Je ne devrais même pas être la ce soir. Je ne suis pas de garde ce soir donc tout comme toi je devrais être dans mon dortoirs mais les profs ne s'occupent guère de qui doit patrouiller dans les couloirs. Nous gérons ça entre nous...

    -Oui, c'est apaisant comme endroit, en tout cas plus que les salles communes pleines d'élèves bruyants. Ici, on peut voir le ciel comme nul part ailleurs, dis-je. En tout cas, être préfet offre certains avantages apparemment, ajoutai-je en souriant. Tu viens souvent ici pour jouer du piano ?




[Désolé du temps de réponse, j'ai honte de rendre un truc aussi minable, mais je ferais mieux à la prochaine :S]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enzo Carter
Préfet|Poursuiveur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 14/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   Mer 28 Juil - 0:40

-Différent oui

Enzo haussa légèrement les épaules. Quand il était avec sa grand mère et que celle ci lisait dans son esprit, dans les cartes ou dans les lignes de sa main, elle lui prometait qu'il avait une destinée mais a chaque fois qu'elle cherchait à en savoir plus ben tout se brouillait. Depuis tout petit, le jeune homme gardait ca dans un coin de sa tête. Comme quoi il ne savait même pas s'il avait quelque chose à accomplir, s'il allait mourir ou non pour quelque chose dont il ne connaissait pas l'existence.

Il planta de nouveau son regard dans le grand noir qui illuminait la terre de ses petits points blancs.


-Oui, maintenant au moins tu es avertit ! Je suis une vraie machine à mots
Le jeune homme rit alors mais moins distinctement que tout à l'heure.

-Au moins tu parles, tu communiques, pas comme certains qui sont de vrais pierres tombales. Qui même quand tu leurs pose une question ou tu attend une réponse précise, ils te répondent par un hochement de tête.

Le jeune homme s'assit sur la rambarde et laissa pendre ses jambes dans le vide. Il avait toujours aimé cette sensation de vide et quand était sur un balai il avait quelque chose quand meme sur quoi s'appuyer. C'est comme sur un hypogriffe, il y avait une matière dure sous lui.

Le jeune homme aurait adoré voler sans aide dans les airs, passer à travers les nuages. Alors il soupira.

Puis le jeune préfet demanda à Juliana si elle venait souvent ici et la jeune fille lui répondit qu'elle aimait venir ici lire au calme sans bruit ni personne pour l'embêter.


-Oui, c'est apaisant comme endroit, en tout cas plus que les
salles communes pleines d'élèves bruyants. Ici, on peut voir le ciel
comme nul part ailleurs
. En tout cas,
être préfet offre certains avantages apparemment. Tu viens souvent ici pour jouer du piano ?


Enzo acquiésça d'un mouvement de tête.


Certains avantages? Pas vraiment. Disons que des fois c'est plus un inconvénient. Quand tu as du boulot et que tu dois patrouiller et qu en rentrant tu bosse ton devoir jusqu'à pas d'heure, c'est dur...
Ici, je viens de temps en temps, quand j'ai du temps pour m'entrainer au piano, mais bon c'est rare quand j'ai du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du haut de la tour d'astronomie...(Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Tour d'Astronomie
» La tour d'astronomie
» Parce que se jeter du haut d'une tour, c'est romantique !
» La Tour d' Astronomie
» Un tour de Manège [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeurs Times :: #.A l'extèrieur de Poudlard.# :: #.Le Parc.-
Sauter vers: