AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 utopia ; libre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carmilla A. Spleen

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 23
Date d'inscription : 22/06/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang:
Relations:

MessageSujet: utopia ; libre.   Mer 23 Juin - 18:14

Why does it rain, rain, rain down on Utopia ?
libre.

Le temps passait tel un songe oublié, effacé cependant que le soleil se dirigeait vers l’occident. Une silhouette sombre se dirigeait gracieusement vers l’étendue obscure, elle semblait fuir ; mais que fuyait-elle, ô déplorable qu’elle est ? Elle fuyait les autres et s’abandonnait au néant, au vide. – L’astre brûlant était parfaitement reflété par le lac opaque, les oiseaux chantaient au gré des plaintes doucereuses de la brise. Quelques nuages ornaient les cieux azurés, les mirettes de la demoiselle s’attardèrent sur l’un d’entre eux, il semblait se détacher de ses congénères, sa forme était disgracieuse, contrairement aux autres qui semblaient être fait de coton et de crème chantilly. Lui, il était grisâtre, terne, sordide ; pourtant, Carmilla était fascinée par cet être d’eau, et un sourire furtif vint illuminer son visage blafard. Elle soupira et continua d’avancer, près du lac, se trouvait un étrange platane, il semblait pleurer, ou être inéluctablement attiré par le sol. Elle s’assit au côté de cet étrange arbre, son regard se portant sur l’horizon merveilleux. Elle songeait. Alors que la journée touchait à sa fin, elle pensait au lendemain, à l’avenir, elle, la soi-disant pessimiste. Le parc était naturellement bondé à cette heure-ci, il en était de même pour la salle commune des Serdaigles ; pendant un temps, elle avait pensé à se rendre à la bibliothèque, elle préféra le lac et son platane, ce lieu qui lui était si familier. En effet, lorsque plus rien allait, c’est ici qu’elle se rendait, elle y était tranquille. Elle se disait également qu’elle n’avait plus rien à perdre, plus rien à trouver ; rien, toujours le rien. Elle n’était qu’une entité perdue dans de sombres abîmes, inexorablement attiré au néant – telle la Lune et la Terre, elle était une lune perdue, et elle tournait autour du vide, du rien. – La vie est injuste, la vie est bête ; pourquoi vivre alors ? Parce qu’il le faut, et toujours il le faudra, la vie nous a été offert, tel un présent, on ne nous l’a guère infligée, nonobstant ce que nous pouvons penser. Ses sinistres pensées s’évaporèrent, puis elle se leva, se dirigea vers le lac noir et sa main délicate effleura les eaux sombres, elle voulait s’évader, partir, juste un instant et revenir.

Elle revint sur ses pas, près du platane – lieu de tout repos – et s’assit, encore une fois. Elle fermait les yeux, des questions s’entrechoquaient dans sont esprit macabre. Qui était-elle ? Elle l’ignorait. Quel était son véritable nom ? D’où venait-elle réellement ? Où était son père ? Elle le maudissait, il était lâche, il l’avait laissée seule, seule, seule – toujours seule. Cela n’avait peut-être pas d’importance finalement, peut-être était-elle vouée à ignorer qui elle était jusqu’à la fin de ses jours ? Cela était sans importance, en effet. Elle soupira, las, morne. Il pleuvait sur son Utopie, il pleuvait sur son monde. Le soleil brillait pourtant, le vent venait lui fouetter le visage ; elle était vivante. Elle rouvrit les yeux, et tout scintillait, tout était parfait – sauf elle, vile demoiselle qu’elle était. Elle a fuit l’humanité, elle était lâche. Elle se cachait derrière ses infâmes sarcasmes, pourquoi ? Elle l’ignorait.

Une présence vint la déranger, elle ne voyait pas l’étranger mais elle le sentait, l’entendait. Elle soupira lourdement, agacée ; peu importe de qui il s’agissait, elle ne faisait jamais d’exception, tout le monde l’exaspérait, à ce si jeune âge, c’en était presque effrayant. Elle ne demandait qu’une chose : la paix, et toujours, quelqu’un venait troubler sa tranquillité, toujours – c’était inévitable. Elle ne posa même pas son regard sur la personne, l’ignorant totalement afin de lui montrer que sa présence n’était guère désirée. Personne ne partit cependant, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope Evenyl
Attrapeur de l'Equipe de Quidditch
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 23
Date d'inscription : 11/04/2010

Feuille de personnage
Famille:
Sang: Sang Mêlée
Relations:

MessageSujet: Re: utopia ; libre.   Mer 23 Juin - 23:33

Je reserve la première rep =P!!!
Je le ferais demain, la j'vais m'coucher j'suis un peu beaucoup fatigué ^^
J'ai une p'tite idée déja de quoi te rep ;-) Tu l'auras dans les environs de 21h22h =) ( sauf si personne ne viens chez moi mdr ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gamebattles.com/xbox360/call-of-duty-modern-warfare-2/tea
 
utopia ; libre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeurs Times :: #.A l'extèrieur de Poudlard.# :: #.Le Lac.-
Sauter vers: